Coupe du monde de foot et leçon de com’ interne

Jouer, c’est vouloir réussir, et toujours avec l’envie de gagner sur les autres ou bien sur soi-même. Le plus grand terrain de jeu qui soit, même si sa nature trépidante et rugueuse porte à conséquences sociales, nous est offert par l’économie. Dans chaque entreprise les collaborateurs sont conviés à respecter des règles de fonctionnement censées aboutir à un bon résultat. Or, à trop se focaliser sur les objectifs, on mésestime souvent ce qui préexiste avant l’étape finale. Réussir consiste à accorder d’abord de l’importance aux relations interpersonnelles, c’est-à-dire à la communication interne qui doit régner entre les parties prenantes.

La communication interne, pour jouer collectif

L’analogie avec un match de foot est tellement tentante qu’on n’y résiste pas (sans citer aucun pays pour éviter tout affront diplomatique ;) : primordial, la stratégie ! Au sens large, la façon de s’organiser, de se passer la balle entre individus aux profils différents, compte un maximum. À ce stade il est indispensable de veiller tant aux psychologies individuelles qu’à savoir nourrir un fort enthousiasme collectif. Bien frapper la balle juste en face du but est certes important, mais à quoi servirait cette compétence sans tout ce qui, en préalable, concourt à des échanges collectifs aboutis ? Les matchs se remportent en majeure partie en amont, par des temps de réflexion bien avant les entrées en action.

Sans nier l’impact des moyens financiers et techniques des équipes sur les scores, on constate malgré tout le ressort spectaculaire de la motivation. Il arrive ainsi qu’un groupe modeste avec une ambition fortement partagée détrône des vainqueurs bien établis. Tout comme des start-up viennent damer le pion à de belles institutions !

L’équipe de foot, modèle de management ?

L’esprit ludique au travail est-il assez pris au sérieux ? Poussons encore l’analogie : sans doute qu’un objectif précis et partagé (marquer des buts), avec l’autonomie des acteurs (dans un même cadre chacun joue son propre rôle), avec du coaching individuel (des soins personnalisés) et avec une ambiance encourageante (depuis les supporters festifs jusqu’à l’auto-congratulation expansive des joueurs), toutes ces composantes forment un vrai modèle de management.

En ce sens, pour réussir dans l’entreprise il faut au maximum se laisser gagner par l’esprit sportif, passer d’une logique de guerre à une logique de jeu. Et dans ce cas, le premier but à atteindre consistera à faire comprendre à l’entraîneur lui-même qu’il doit en arrière-plan se préparer à jouer un rôle primordial : faire confiance… aux échanges.

Vive l’enjeu de la communication interne ! Didier Président !

Tiens, ça me donne une idée !

  • Et si on favorisait une activité sportive qui regroupe le maximum d’entre nous ?
  • Et si, par un concours de photos avec les portraits des uns et des autres, on parvenait à mieux se connaître ?
  • Et si on organisait des diners-débats autour de différents thèmes, au-delà même de notre objet social ?

D'autres idées

Nous partager sur...