Robot de cuisine et com’ interne

Stupéfiant ! Un robot multifonctions, ça fait tout : de la liste achats jusqu’à la cuisson du plat qu’il vous reste à déguster. Et si vous suivez précisément ses instructions, ça marche ! De quoi se dire que pour réussir il suffit souvent de respecter les procédures adéquates. Comme dans l’entreprise ?

Au travail, d’un certain côté nous utilisons nous-mêmes des robots multitâches, depuis la naissance d’une idée jusqu’à la mise sur le marché d’un service ou produit. Là où le robot de cuisine nous liste les ingrédients à acheter, nous faisons appel aux connaissances disponibles, là où il s’agit de lui fournir les aliments en quantité voulue, nous respectons des procédures. Et au moment où le plat est présenté sur table, nous offrons à un tiers le fruit de notre travail. Surveiller sa satisfaction est un plus !

ALGORITHMIQUEMENT INTELLIGENTS ?

Pas d’organisation sans procédures. Incontournables, elles s’immiscent dans tous ses rouages : qualité, finances, ressources humaines, etc. Avec l’ustensile de cuisine en question, on aboutit à des résultats spectaculaires : par exemple, grâce aux bases de données la liste des courses s’imprime en prévoyant l’avancée de notre parcours dans les rayons des magasins.

…à force de suivre des tutoriels, des bonnes pratiques et de s’appuyer sur des benchmarks, ne risquons-nous pas de nous transformer en (simples) exécutants ?

Jusqu’à un certain point, le parallèle entre la réalisation d’un plat à l’aide d’un robot et le travail est donc séduisant. Pourtant, à force de suivre des tutoriels, des bonnes pratiques et de s’appuyer sur des benchmarks, ne risquons-nous pas de nous transformer en (simples) exécutants ? Bref, de n’être qu’une des composantes des procédures ! Confortables pour éviter l’incertitude, ces routes ne conduisent-elles pas vers un taylorisme algorithmiquement assisté ?

CHACUN SES RECETTES

Si la communication interne ne se limite pas à la distribution d’informations mais qu’elle joue son vrai rôle – à savoir celui de favoriser l’intelligence collective et la bonne coopération au sein de l’entreprise – une prise de conscience sur nos espaces de liberté s’avère utile. La communauté humaine qu’il s’agit de mettre en mouvement s’enrichit de l’aléatoire, de la diversité, et sa complexité n’entre dans aucune équation. La motivation et l’enthousiasme naissent souvent d’échanges entre des humains, d’imprévus, de rencontres dans des espaces physiques. Autour de la machine à café, entre liberté de parole et de mouvement, on y déguste souvent de bonnes idées. Mis à l’index de nos organisations de travail, l’inattendu et l’incertitude sont pourtant à la base de l’innovation…

Dans un contexte de changement permanent, les bonnes pratiques permettent une économie d’énergie considérable en nous dispensant de tout réinventer sans cesse.

Alors les bonnes recettes de travail : pour ou contre ? Pour, bien sûr, à condition qu’elles ne nous empêchent pas de créer ou d’améliorer les nôtres. Dans un contexte de changement permanent, les bonnes pratiques permettent une économie d’énergie considérable en nous dispensant de tout réinventer sans cesse. Pourtant, ces fameuses “best-practices” ne peuvent tenir compte de la singularité de chaque situation. Elles ne sont bonnes qu’en fonction du contexte et à condition de savoir les appliquer avec bon sens. Elles aussi doivent être capables d’évoluer.

En fin de compte, utiles en grande partie, les recettes trouvent leurs limites ; pour aller plus loin notre propre intelligence et notre créativité doivent prendre le relais. La bonne nouvelle, c’est que la créativité elle-même a ses recettes !

TIENS, CA ME DONNE UNE IDÉE

  • Et si on rédigeait la charte de quelques principes fondateurs de l’innovation tels le droit à l’erreur, le fait de rebondir sur les idées des autres, ou d’adopter des démarches de tests et d’essais-erreur…
  • Et si on organisait une formation au brainstorming pour les managers de l’organisation ?
  • Et si on instituait des pauses déjeuner, des cafés de l’innovation périodiques « Comment faire autrement ? » à partir de sujets proposés par les collaborateurs ?
  • Et si on installait dans un espace commun un tableau de discussion sur lequel chacun proposerait des idées et rebondirait sur celles des autres ?
  • Et si on lisait (attention pub ;) Recettes pour plomber l’ambiance au travail. Plaidoyer pour le bon sens en COMMUNICATION INTERNE, Édition A ÉDITORIAL (à commander dans toutes les bonnes librairies, ou à consulter gratuitement en ligne) ?
  • Et si…

D'autres idées

Nous partager sur...